Rénovation énergétique : à quelles aides avez-vous droit ?

Depuis plusieurs années, l’écologie est devenue une préoccupation générale, des initiatives gouvernementales ont donc été prises pour préserver cette cause. Dans le secteur de la construction, en dehors des lois et des normes réglementaires nouvellement imposées, il existe aussi des dispositions qui faciliteraient la faisabilité de certains travaux. En effet, des subventions financières sont disponibles pour des travaux de rénovation qui limiteraient la déperdition énergétique.

Crédit d’Impôt Transition Ecologique (CITE)

Reconduit depuis le début de l’année, cette aide financière anciennement connue sous le nom de Crédit Impôt Développement Durable n’a pas changé de modalité depuis l’année précédente. Cette aide concerne les travaux d’isolation et de renouvellement d’équipements qui contribuent à réduire les dépenses énergétiques. Cette subvention permet de disposer d’un crédit d’impôt qui s’élève à 30 % des dépenses. Le crédit impôt transitions écologiques est applicable uniquement pour la résidence principale. Les travaux doivent être effectués avec des équipements et matériaux qui répondent aux normes en vigueur. De plus, le particulier qui est en charge de ces travaux devra être certifié RGE ou Reconnu Garant pour l’Environnement. Ces aides à la transition énergétique présentent cependant un plafonnement qui varie en fonction du nombre de personnes dans le foyer. Pour une seule personne, le seuil est de 8000 €, pour un couple faisant des déclarations d’impôt en commun 16 000 € avec 400 € supplémentaire pour chaque enfant à charge.

Le pacte d’énergie solidarité

Le pacte d’énergie solidarité est une subvention permettant d’isoler les combles perdus des habitations, entre autres le sol d’une pièce mansardée non-aménagée. Ce dispositif a surtout été créé afin d’aider les foyers en difficulté, en imposant une tarification à 1 € seulement. Cette disposition est tout à fait légale et en état de marche puisqu’elle est une des nombreuses dérivées du certificat d’économie d’énergie ou CEE. Pour être éligible au pacte d’énergie solidarité il faut que le bien concerné soit une habitation principale. De plus, il doit s’agir d’une maison individuelle occupée par un individu ou un ménage dont le revenu ne doit pas excéder un montant qui dépendra de la région et du nombre d’habitants. Pour rappel une souscription à cette aide pourrait vous empêcher d’être éligible à d’autres subventions de travaux énergétiques plus conséquentes, donc il faudra se renseigner au préalable.

L’Eco-Prêt à Taux Zéro (éco-PTZ)

Le prêt à taux zéro en faveur de l’économie d’énergie concerne essentiellement des travaux d’isolation à plusieurs niveaux : la toiture, les murs extérieurs ; le plancher bas et les ouvertures ainsi que l’installation de certains équipements de chauffage. Tout comme le CITE, le professionnel en charge doit disposer de la mention RGE. Le montant octroyé varie en fonction de la nature du chantier, mais le plafonnement est de 30 000 €. Pour une catégorie d’isolation ou d’installation 10 000 € sont accordés, pour deux catégories 20 000 € et pour trois catégories le plafonnement est atteint. Ce crédit est remboursable sur 10 ans, bien qu’il soit extensible à 15 ans pour les travaux considérables.

Le claustra : une cloison intérieure décorative !
3 conseils pour réussir la mise en conformité de ses installations électriques